Projet

Contribution de la végétalisation urbaine à l’atténuation de l’îlot de chaleur urbain

Un projet de thèse pour comprendre dans quelle mesure la végétalisation du milieu urbain permet de réguler le microclimat urbain et contribue à l’amélioration de la qualité de l’air.

Contexte et enjeux

L’urbanisation des surfaces modifie significativement les écoulements de vent, ainsi que les échanges convectifs et radiatifs entre la surface et l’atmosphère. Ces changements engendrent des modifications du microclimat, le plus connu étant le phénomène d’îlot de chaleur urbain qui reflète des températures plus élevées dans les zones urbaines qu’en périphérie des villes. Ces températures plus élevées ont de nombreuses conséquences environnementales (accentuation des vagues de chaleur), sanitaires (inconfort, stress thermique, mortalité) et économiques (consommation d’énergie, soins médicaux). En outre, couplées aux émissions en lien avec les activités urbaines (trafic routier), elles contribuent aux épisodes de pollutions atmosphériques. La communauté scientifique a identifié plusieurs solutions d’atténuation de ce phénomène, entre autres l’implantation de végétation en milieu urbain. En effet, cette dernière influe sur les échanges radiatifs, de chaleur, les écoulements d’air et, en plus, a l’avantage de représenter un puits pour de nombreux polluants atmosphériques. 

Objectifs

La thèse vise à comprendre dans quelle mesure la végétalisation du milieu urbain (sous forme d’arbres, de toitures et de murs végétalisés, etc.) peut permettre de réguler le microclimat urbain et contribuer à l’amélioration de la qualité de l’air. L’originalité de la thèse reposera sur la prise en compte des processus écophysiologiques dans la modélisation afin de représenter précisément les interactions climat urbain-fonctionnement du végétal, ainsi que sur la quantification du rôle de puits de polluants atmosphériques rendu par la végétation.

 

Chercheurs
Sonia Le Mentec
Doctorante
AgroParisTech
Erwan Personne
Maître de Conférences
AgroParisTech
SIAFEE
Patrick Stella
Maître de conférences
AgroParisTech
Groupe miroir
Toit potager Bertrand Ney à AgroParisTech
Les bénéfices et les coûts liés aux infrastructures végétalisées en ville nécessitent d'être mieux appréhendés à travers des outils d'évaluation qui permettent de mesurer les impacts environnementaux, par
En savoir plus
biodiversité
Concilier la nature et la ville, milieu hautement artificialisé, est un art qui se pratique de l’échelle du bâtiment à celle du territoire périurbain, en passant par celle du quartier.
En savoir plus
  • À propos
  • Chercheurs
  • Groupes miroirs
  • Domaines de recherche
  • Articles